Bataille de la mer de corail

7-8 mai 1942

Après leurs rapides et faciles succès lors des premiers mois de guerre, les Japonais projettent l'invasion de l'Australie. Devant le désaccord qui règne entre la marine et l'armée de terre, un compromis est trouvé : le Japon se rendra maître de la Papouasie Nouvelle Guinée et investira Port Moresby. Yamamoto, amiral en chef de la flotte combinée, sait que le temps lui est compté : "Nous pouvons encore accroître nos conquêtes pendant un an, après je ne sais pas". Il connaît bien la mentalité américaine et sait que les États-Unis vont convertir leur industrie en machine de guerre.

Un évènement va lui donner raison et emporter la décision d'une action rapide et de grande envergure :

Le 18 avril, 16 B-25 sous le commandement du colonel Doolittle décollent des porte-avions Hornet et Enterprise pour aller bombarder Tokyo.

Les dommages matériels sont peu conséquents (le porte-avions Ryujo sera légèrement endommagé), mais l'effet sur le moral des japonais est très important.

Une telle opération n'a été possible que depuis un porte-avions, d'où l'urgence de se débarrasser de la menace que pose encore la marine américaine. Il parvient à faire adopter son plan d'attaque conjuguée de Midway et des Aléoutiennes mais doit consentir à isoler l'Australie en envahissant les îles Salomon, Samoa, Fidji et la Nouvelle Calédonie.

Le plan "Mo" vise la chute de Port Moresby :

Forces japonaises

Forces américaines


sous les ordres de l'amiral Inouye

Force de frappe

sous les ordres du vice-amiral Takagi

 

Force de couverture éloignée

sous les ordres du contre-amiral Goto

 


sous les ordres de l'amiral Fletcher

1er mai

Devant le projet de débarquement japonais en Nouvelle Guinée, les américains envoient la flotte du contre amiral Fletcher pour les contrer.

3 mai

Les japonais, sous la protection du groupe du Shoho, débarquent à Tulagi et y établissent une base de 6 hydravions.

4 mai

100 milles au Sud-Ouest de Guadalcanal.

6h30 : 12 avions torpilleurs, 28 bombardiers en piqué et 6 chasseurs décollent du Yorktown.

8h15 -> 8h30 : les appareils du Yorktown arrivent au dessus de Tulagi et coulent 1 contre-torpilleur, 1 dragueur de mines et 2 navires auxiliaires. Les japonais savent maintenant que le plan "Mo" se jouera en présence d'au moins un porte-avions américain. 3 appareils américains (2 chasseurs et 1 avion torpilleur) sont perdus.

Devant le peu de résultats, Fletcher se replie en direction du sud.

Pendant ce temps, les porte-avions japonais Zuikaku et Shokaku font route à toute vapeur pour doubler l'île de San Cristobal à l'Est des îles Salomon en espérant prendre la force américaine à revers

5 mai

Fletcher a rejoint le groupe du Lexington à l'aube, à une position qui les situe environ 400 miles au sud de Tulagi.

Takagi pénètre dans la Mer de Corail à la mi-journée et manque une occasion d'anéantir la flotte américaine : Le Yorktown et le Lexington sont en train de se ravitailler en fuel dans des conditions telles qu'ils sont on ne peut plus vulnérables. Après être parvenu à 100 miles au sud de Guadalcanal, Takagi, constatant que l'ennemi lui a échappé, oblique au sud

Une fois le réapprovisionnement terminé, Fletcher met le cap sur la Nouvelle Guinée dans le but d'intercepter la flotte d'invasion de Port Moresby

Dans l'après-midi, Port Moresby est bombardé par des appareils japonais.

Nuit du 5 au 6 mai

Les deux formations passent à près de 70 miles nautiques l'une de l'autre.

6 mai

Les deux flottes semblent s'oublier.

Les américians campent sur leurs positions.

Le groupe d'invasion se trouve au soir du 6 juste au nord des Lousiades. Son groupe de couverture, qui a refait le plein de fuel, fait route au sud-ouest depuis Tulagi.

10h30 : Le groupe d'invasion est attaqué sans succès et signalé par des B-17 basés en Australie.

L'information permettant à Fletcher de connaître les intentions des japonais, il file à pleine vitesse vers l'ouest pour se préparer à lancer ses avions à l'aube.

Le pétrolier Neosho et le destroyer Sims font quant à eux route au sud vers un nouveau point de ravitaillement.

7 mai

Au matin du 7, Fletcher vire au nord.

6h45 : le groupe de croiseurs de Crace est détaché du groupe et Fletcher prend la direction du nord-ouest, vers la Nouvelle Guinée.

Simultanément, les deux protagonistes lancent leurs appareils de reconnaissance à l'aube.

8h14 : un avion de reconnaissance américain signale 2 porte-avions et 4 croiseurs lourds, 225 miles au nord-ouest

8h30 : le Sims et le Neosho sont découverts et sont signalés comme "un porte-avions et un croiseur léger". Takagi, voyant là sa chance, lance une attaque massive : tous les appareils japonais prennent l'air

9h26 : le Lexington lance ses appareils : 28 bombariders en piqué, 12 avions-torpileurs et 10 chasseurs.

9h46 : le Yorktown lance ses appareils : 23 bombariders en piqué, 10 avions-torpileurs et 8 chasseurs.

10h38 : les avions japonais arrivent sur leur cible.

11h : les avions du Yorktown et de Lexington attaquent le porte-avions léger Shoho. Il est atteint par 13 bombes et au moins 7 torpilles

 

11h36 : le Shoho coule. C'est le premier navire japonais de tonnage supérieur à un destroyer coulé depuis Pearl Harbor. Inquiet de la tournure prise par les évènements, l'amiral Inouye ordonne au convoi d'invasion de rebrousser chemin.

12h : après deux attaques infructueuses par des bombardiers d'altitude, 36 bombardiers en piqué attaquent le Sims et le Neosho. Le Sims coule et le Neosho dérive.

16h30 : les appareils japonais qui ont coulé le Sims reprennent l'air pour essayer de trouver les porte-avions américains.

Takagi sait que le retour risque de s'effectuer à la nuit tombée et a donc choisi ses meilleurs pilotes pour cette opération. Le Shokaku et le Zuikaku font en effet partie des porte-avions qui ont participé à l'attaque de Pearl Harbor. La chance n'est pas avec eux car le mauvais temps réduit fortement la visibilité.

17h47 : une formation d'avions ennemis est signalée à 18 milles de la flotte américaine. Les avions du Lexington et du Yorktown en abattent 7.

19h10 : un groupe d'appareils se présente face au Yorktown, prêts à apponter. Les batteries anti-aériennes en abattent 1. Dans la pénombre, les japonais avaient confondu la silhouette du navire.

Sur les 27 appareils japonais engagés, seuls 18 regagneront leur porte-avions.

8 mai

6h25 : 16 avions de reconnaissance décollent du Lexington, dans tous les azimuts de la position de Fletcher.

8h15 : Un premier rapport signale les japonais.

8h28 : Un second rapport est plus explicite : "2 porte-avions, 4 croiseurs lourds et nombreux destroyers à 175 milles au Nord-Est, direction 120, vitesse 20 nœuds."

Fletcher n'hésite pas et donne l'ordre d'attaque aérienne.

9h15 : les japonais repèrent la flotte américaine.

9h25 : les avions du Yorktown prennent leur envol : 24 bombardiers en piqué, 9 avions torpilleurs et 6 chasseurs.

9h35 : les appareils du Lexington décollent : 18 bombardiers en piqué, 12 avions torpilleurs et 9 chasseurs.

10h30 : les bombardiers en piqué du Yorktown trouvent les japonais mais se placent dans les nuages pour attendre les avions-torpilleurs et coordonner l'attaque.

10h57 : le Zuikaku étant dissimulé par un grain, les avions du Yorktown attaquent le Shokaku. Toutes les torpilles ratent leur but ou n'explosent pas mais 2 bombes endommagent gravement le Shokaku.


11h18 : les appareils japonais sont signalés par le radar à 70 miles de la formation américaine.

11h23 : 18 avions-torpilleurs, 33 bombardiers en piqué et 18 chasseurs s'attaquent au Lexington et au Yorktown. Ce dernier évite 8 torpilles est traversé par une bombe de 400 kg qui explose au 4ème pont. Le Lexington, moins manoeuvrable, est atteint par 2 torpilles sur bâbord et 2 bombes sur les superstructures et sur l'avant. Il gîte de 7° mais tout sera corrigé en déballastant l'huile. Le navire pourra même sans problème récupérer ses appareils au retour de leur mission.

12h47 : une énorme explosion secoue le Lexington, suivie d'une série d'explosions internes qui coupent les communications.

 

14h45 : Nouvelle explosion et, cette fois, le feu devient incontrôlable.

19h56 : le Lexington est coulé par un contre-torpilleur pour éviter qu'il ne tombe aux mains de l'ennemi.

Américains et japonais ont chacun un porte-avions coulé et un gravement endommagé mais l'invasion de la Nouvelle Guinée est annulée. De plus, le Shokaku, gravement endommagé, et le Zuikaku, ayant perdu la quasi totalité de ses avions, ne pourront pas participer à l'opération de Midway.

Pour mieux suivre le déroulement de la bataille, je vous propose une animation (138Ko)

Cliquez sur l'image...

 

Pertes japonaises

Pertes américaines

Shoho coulé

Shokaku gravement endommagé

104

Lexington coulé

Yorktown gravement endommagé

66

Tableau détaillée des pertes